Le lac Malawi, ses
habitats et ses habitants

Par Martin Archambault de Québec Cichlidés

Le lac Malawi (Lac Nyasa) se trouve au sud du Rift africain Est. Il mesure 600   km de long et sa largeur varie entre 30 et 80 km. Sa profondeur maximale est de 700 m. Il a une superficie de près de 31000 km carré, ce qui en fait une très grande étendue d'eau. C'est en fait le 3e plus grand lac d'Afrique, les lacs Victoria et Tanganyika étant plus grands, et le 9e au monde.

Selon les experts, ce lac s'est formé il y a 1 à 2 millions d'années à la suite de gigantesques effondrements qui ont donnés naissance aux fosses tectoniques de l'Afrique. Il est entouré de 3 pays. le Malawi qui s'étend sur toute la rive Est et sur la partie sud de la rive Ouest en couvre la plus grande partie et lui a donné son nom.   le Mozambique et la Tanzanie quant à eux, sont situés sur le rest de sa rive Ouest. Dans ces deux pays on l'appel encore Nyasa, qui signifie «lac» dans la langue locale.

Ios'agir d'un plan d'eau aux conditions physico-chimiques passablement particulière! L'eau n'y est pas salée, elle possède une duretée de douce à modérée (GH de 4 à 6 dGH et kH de 6 à 8 dKH) mais son pH est élevé (de 7.5 à 8.8). La température de l'eau varie entre 24 et 26 °C toute l'année. Quelques rivières drainent le lac, cependant, c'est par évaporation que le lac perd la majorité de son eau. Ceci explique en partie la forte teneur de minéraux et de sels dans l'eau (autres que le NaCL).

Les habitats

On retrouve dans le lac Malawi 7 habitats distincts, en voici un bref aperçu.

Habitat No 1

Une vaste zone Incliné et formé de sable. Cet habitat est le plus grand de la côte puisqu'il en occupe près de 70%. Il est le refuge de plusieurs espèces de cichlidés. Quelques plantes peuvent également y être retrouvées.

Habitat No 2

La côte rocailleuse. il s'agit d'une partie saillante du lac, le long des montagnes à la fois sur les côtes nord-ouest et nord-est. La côte rocailleuse représente environ 5% de l'habitat disponible pour les poissons. C'est là que la majorité des mbunas sont trouvés.

Le paysage passe de récifs abruptes, à de petites pentes ou encore d'empilade de pierres. On ne retrouve presqu'aucune plante dans cette habitat mais il est tout de même riche en vie aquatique.

Habitat No 3

La zone intermédiaire. Il s'agit en fait d'une zone créé par la rencontre de la côte rocailleuse et de la zone sablonneuse. Plusieurs cichlidés s'y retrouvent, à la fois des mbunas ou des non-mbunas (haplochrominiens) . Côté végétation, on y rencontre que quelques plantes.

Habitat No 4

La pleine-eau, non loin de la rive (peu profond). C'est une région très peu habitée par les cichlidés car il y est très difficile de trouver de la nourriture.

Habitat No 5

La pleine-eau, loin de la rive; donc en eau plus profonde. Il n'y a pas de cichlidés dans cette zone, quoique d'autres familles de poissons s'y trouvent.

Habitat No 6

La zone d'eau profonde. nous parlons ici de 30m à 250m de profond . Nous ne traiterons pas de l'eau sous 250m puisque dans cette région, l'eau est toxique, contaminée par du sulfur d'hydrogène, ne permettant pas aux poissons d'y vivre. Parcontre, entre 30m et 250m, plusieurs espèces de «gros» cichlidés sont rencontrés! Ces derniers s'alimentent surtout de poissons plus petits.

Habitat No 7

Les embouchures de rivières. Dans ces régions se retrouvent plusieurs cichlidés «non mbunas» ainsi que plusieurs poissons autres que les cichlidés. C'est là que la majorité de la flore aquatique se trouve.

Le lac Malawi est vraiment extraordinaire ! d'une taille colossale et des conditions d'eau particulières. On y retrouve plus de 600 différentes espèces de cichlidés endémiques.

Pour une meilleure compréhension de la géographie du Malawi, nous vous invitons à consulter la carte intéractive du lac Malawi de Marc Elieson.

Les deux principaux groupes de cichlidés du Malawi

Dans le monde des cichlidés du lac Malawi, on parle souvent d'Haplochrominiens ou encore de mbunas. Que signifie ce jargon?

Disons simplement que la majorité des cichlidés africains sont généralement divisés en deux groupes distincts : Les mbunas et les Haplos. Cette division, créée par les cichlidophiles, ne relève d'aucune taxonomie scientifique.

Les Haplochromis (haplochrominiens) où Haplos

Certains les appellent les «non-mbunas», ils forment un groupe composé de 18 genres différents de cichlidés. (19 si on inclut les auloncoras qui constituent presque à eux seuls, une catégorie à part)

 

Genre

Diète

Aristochromis

prédateur

Aulonocara

omnivore

Buccochromis

prédateur

Champsochromis

prédateur

Chitotilapia

omnivore

Copadichromis

planctonivore

Cyrtocara

micro-prédateur

Dimidiochromis

prédateur

Exochochromis

prédateur

Fossorchromis

micro-prédateur

Maravichromis

omnivore

Nimbochromis

prédateur

Nyassachromis

prédateur

Otopharynx

micro-prédateur

Placidochromnis

micro-prédateur

Protomelas

micro-prédateur

Sciaenochromis

prédateur

Taeniochromis

prédateur

Tyrannochromis

prédateur

 

On les appelle Haplochromiens car au début ils formaient un tout : «les haplochromis». Par la suite le genre a été divisé pour obtenir les 18 genres énumérés dans le tableau plus haut.

Ils sont presque tous «piscivores» ce qui veut dire que dans la nature, ils se nourrissent d'autres poissons, souvent d'autres cichlidés plus petits. Un «cichlidophile» averti en vaut deux, évitez donc de leur faire partager le même bac que des poissons qui peuvent leur servir de repas.

La majorité des Haplos vivent en eau vive, loin des bordures rocailleuses du lac. Ils nagent en prédateur, souvent seuls. Ils sont très rapides, ce qui leur permet de capturer plus facilement d'autres poissons. Dans la quasi totalité des cas, les mâles sont colorés et les femelles demeurent ternes.

Ils sont généralement assez gros et requièrent un bac de 200 litres ou plus. Pour certaines espèces, un bac de 300 litres est nécessaire. Ce sont des incubateurs buccaux polygames. Les Haplos ont des portées généralement plus grandes que les mbunas. Il n'est pas rare de voir plus de 100 alevins du coup!

Les Mbunas

Mbuna signifie : «qui demeure dans les roches». Ce regroupement de cichlidés vit généralement dans des amas de roches, sur les bords du lac Malawi. Ils vivent en groupe mais pas nécessairement en banc. Ils sont reconnus pour la vivacité de leurs couleurs.

 

Genre

Diète

Cyahtochromis

végétarien

Cynotilapia

omnivore

Genyochromis

piscivore

Gephyrochromis

végétarien

Iodotropheus

omnivore

Labeotropheus

végétarien

Labidochromis

omnivore

Maylandia

végétarien

Melanochromis

végétarien

Metriaclima

végétarien

Petrotilapia

végétarien

Pseudotropheus

végétarien

 

Contrairement aux haplos, les femelles mbunas sont généralement très colorées. Il arrive souvent chez certaines espèces que le mâle soit d'une couleur et la femelle d'une autre. De plus, il n'y a pas que le mâle dominant qui soit coloré.

Comme on le constate à la lecture du tableau ci-haut, la grande majorité des mbunas sont végétariens. Leur bouche est donc faite de façon à pouvoir gratter les dépôts d'algues sur les roches ( aufwuch ).

Malgré le fait qu'ils soient généralement végétariens, les mbunas sont plus agressifs que les haplos. Cette agressivité est plus souvent qu'autrement intra-spécifique. Donc, un mbuna mâle ne tolérera pas facilement un autre mâle de la même espèce ou d'une autre espèce dont les couleurs lui rappelle sa propre espèce. Ce sera encore plus vrai s'il a une femelle dans la lorgnette ! Il arrive, chez le pseudotropheus saulosi par exemple, qu'un mâle dominé prenne la couleur de la femelle pour ne pas se faire agresser par le mâle dominant ! De la même façon, une femelle dominante pourrait arborer les couleurs d'un mâle ! Spécial n'est-ce pas?

Vous comprenez donc qu'un enjeu majeur avec les mbunas sera de contrôler l'agressivité. Quoi qu'aucune méthode ne soit parfaite, il est possible de limiter les dégâts.

  1. Aménager beaucoup de cachettes. Les poissons agressés ou pourchassés pourront s'y réfugier.
  2. Un ratio minimal de 2 femelles par male.
  3. Étant donné qu'ils sont très agressifs, surpeupler le bac permettra de partager l'agressivité sur plusieurs poissons plutôt que sur une ou deux pauvres victimes...
  4. Éviter de mettre ensemble des mâles de mêmes couleurs et de patrons semblables

Les mbunas sont également des incubateurs buccaux polygames. Le mâle creuse un nid dans le sable et se met à trembler devant la femelle pour lui indiquer de pondre. Les pontes sont de 12 à 30 alevins environs.

Même si ils sont végétariens, ils ne diront pas non à de la nourriture plus riche en protéine animale qui pourrait leur occasionner des problèmes. Ils ont un long intestin spécialisé dans la digestion des algues. S'ils sont nourris avec des proteines animales (vers, sang, crevettes, autres poissons), ils vont rapidement développer un blocage intestinal ainsi que la fameuse maladie nommée « BLOAT ».

Vous comprenez maintenant pourquoi les experts font extrêmement attention lorsqu'ils mélangent dans le même bac haplos et mbunas. Leur alimentation est différente voir même incompatible. Vous pourrez donc nourrir vos mbunas avec de la spiruline, du concombre, des pois verts, du zucchini, de la laitue, des épinards, etc...

 

 

 

Copyright 2004-08

macmade