Éclairage
 
 
 
 
 
 
 

 

L'éclairage

On doit fournir aux plantes de l’aquarium un éclairage qui répondra à leurs besoins spécifiques. Les plantes ne sont pas qu’un élément important du décor, elles jouent un rôle primordial dans la santé du bac. Grâce à leur photosynthèse, elles fournissent aux poissons et aux bactéries nitrifiantes (aérobiques) l’apport en oxygène dont ils ont besoin. Bref, s’assurer d’avoir des plantes luxuriantes, c’est s’assurer d’avoir un bac en santé.

Dans ce domaine, la référence est la lumière du soleil. L’objectif de l’aquariophile sera donc de concevoir un éclairage se rapprochant le plus de celui fourni par le soleil en intensité (watts), en durée (heures) et en qualité (température et indice de rendu des couleurs (IRC).

L’intensité de l’éclairage

L’intensité lumineuse à fournir aux plantes est de l’ordre de 25 à 35 lumens par litre réel d’eau contenu dans l’aquarium. Pour obtenir le volume réel on doit soustraire du volume du bac celui occupé par le gravier et le décor pour ne garder que celui occupé par l’eau. Par exemple, un aquarium de 250 L dont le gravier et le décor occupent 25 L a un volume réel de 225 L. Ce bac a donc besoin d’un éclairage variant entre 5625 et 7875 lumens. Pour atteindre cette quantité de lumens, il faudra installer une rampe d’éclairage de trois tubes fluorescents de 40 watts fournissant chacun 2450 lumens (2450 x 3 = 7350 lumens).

Cette formule est relativement simple. Cependant, il arrive fréquemment que le nombre de lumens que fournit une lampe ne soit pas connu de l’aquariophile. Il existe donc une méthode approximative de calcul basée sur le wattage. Selon cette méthode, l’intensité d’éclairage nécessaire est de 1 watt par 2 L d’eau contenu dans l’aquarium. Ce qui donne en utilisant l’exemple précédent une intensité approximative de 112,5 watts. Trois tubes de 40 watts feraient donc grandement l’affaire.

Pour ceux et celles désirant calculer l’intensité nécessaire à partir des lumens, ce petit tableau leur fournira le nombre de lumens par watt pour différents types de lampes. Ce ne sont que des moyennes car ce nombre peut varier d’un lampe à une autre.

Lampes à incandescence 11 à 22 lumens
Lampes à vapeur de mercure 18 à 65 lumens
Lampes fluorescentes 40 à 80 lumens
Lampes aux halogénures 75 à 100 lumens
Lampes à sodium à haute pression 85 à 130 lumens

source : Conseil national de recherche du Canada

Durée d’éclairage

Les plantes tropicales ont besoin de 12 h de clarté par jour pour leurs besoins. Cette période de clarté doit absolument être continue et régulière, on évite ainsi de perturber le rythme des plantes et des poissons. Cette période ne doit jamais être en bas de 10 h et au-dessus 14 h. Avec moins de 10 h, les plantes seraient en insuffisance et finiraient par mourir. Au-dessus de 14 h, les algues risquent de proliférer et les poissons vont manquer de période de repos.

La qualité d’éclairage

Le soleil émet une lumière d’une qualité équivalente sur l’ensemble du spectre visible. Les lumières artificielles, quant à elles, peuvent émettre une excellente lumière pour une certaine partie du spectre et être totalement absentes dans d’autres sections. Lorsque l’on parle de qualité d’éclairage, il faut donc tenir compte de deux facteurs : la température de la lumière émise et l’indice de rendu des couleurs (IRC).

La température de la lumière s’exprime en degrés kelvin (K) et nous renseigne sur la couleur apparente de la source lumineuse. Les sources lumineuses de teintes chaudes (orangé-rouge) ont une température de 3000 °K et moins, celles de teintes froides (bleu-violet) se situent à plus de 8000 °K. Le soleil émet une lumière apparente blanche qui a une température de 6500 °K.

L’indice de rendu des couleurs (IRC) donne une indication sur la capacité d’une source lumineuse à restituer les différentes couleurs. Il varie de 0 à 100, 100 correspondant à celui de la lumière naturelle. Donc, plus une source lumineuse a un indice se rapprochant de 100, plus les couleurs sous sont éclairage sont rendues avec justesse c’est-à-dire sans lacune dans une zone ou dans une autre. L’aquariophile devra donc rechercher a atteindre ces différents paramètres lors de l’établissement de son système d’éclairage.

Types d’éclairage

Il existe sur le marché plusieurs types d’éclairage qui vont de la simple lampe incandescente à des systèmes plus dispendieux de lampes HQL et HQI (au mercure) en passant par les traditionnels tubes fluorescents. Mis à part les lampes incandescentes, qui ne peuvent répondre à long terme aux besoins des habitants du bac, tous les autres systèmes offrent des solutions intéressantes pour atteindre les paramètres recherchés par l’aquariophile. Les systèmes à tubes fluorescents demeurent cependant les plus populaires à cause de la grande variété de tubes disponibles et de leur prix très peu élevé comparé aux autres systèmes. (Plus d´information : Fiches avancées sectionLa lumière)

 

Copyright 2004-08

macmade