Les algues
 
 
 
 

 

Les algues

Les algues sont certes le plus gros problème auquel tout aquariophile est un jour ou l’autre confronté. Il s’agit en fait d’organismes simples utilisant, comme les plantes, la photosynthèse pour se développer. Présentes sur terre depuis des millions d’années, elles seraient même à l’origine de la création de notre atmosphère. Elles existent en une multitude de variétés et de formes les rendant souvent difficiles à identifier

Certaines, les algues vertes encroutantes par exemple, croissent lentement et sont peu dérangeantes. Il suffit de les retirer manuellement lors des entretiens périodiques du bac pour en contrôler la propagation. D’autres en revanche peuvent, dans certaines conditions, se développer très rapidement jusqu’à envahir le bac et nuire considérablement au développement des plantes.

Les algues sont présentes dans tous les bacs. Elles y sont introduites par l’arrivée de nouvelles plantes, de nouveaux éléments de décor, par de nouveaux poissons (eau de transport) et même simplement par la voie des airs. Elles sont là en état de relative dormance et donc peu nuisibles. Cependant ce sont des organismes très opportunistes et, dès que se produira un débalancement  des paramètres de l’aquarium (montée de phosphate, montée de nitrate, carence en macro-élément, débalancement entre éclairage et carbone disponible, etc.), la croissance des plantes ralentira et les algues se mettront à proliférer à une vitesse parfois très impressionnante. On parle dans ce cas d’une explosion ou invasion d’algues (a bloom en anglais). Ce sont ces explosions d’algues que l’aquariophile doit éviter de provoquer.

Algues brunesLes variétés les plus courantes, raisons d’apparition possible et solutions

Algue brune (Siliceuses ou Diatomées)

Il est normal de voir apparaître l’algue brune dans un jeune bac (moins de 6 mois). Elle profite des paramètres fragiles et instables pour s’installer. Dans ce cas, elle devrait tranquillement disparaître au fur et à mesure que les paramètres se stabiliseront et que le bac trouvera son équilibre. Dans les bacs bien établis, sa présence est souvent signe d’une qualité de lumière inadéquate. Il faut donc soit augmenter l’intensité ou simplement remplacer les vieux tubes afin de rétablir la situation.

 

algue_encroutanteAlgue verte encroutante (Chaetophora, Hormidium, Grangrosira)

L’algue verte encroutante est une autre algue qui arrive rapidement dans un jeune bac. Elle se développe dans les bacs où les paramètres sont bons. Sa présence peut donc être considérée comme un bon signe pour l’aquariophile. Elle s’installe relativement lentement sur les vitres du bac et sur les feuilles des plantes à croissance lente comme les Anubias plus particulièrement. La meilleure façon de la contrôler est de simplement la retirer des surfaces vitrées à l’aide d’un grattoir lors des entretiens. Elle est aussi appréciée par les poissons herbivores ainsi que les escargots Neritinas.

 

 

 

algues_OedogoniumAlgue verte (Oedogonium)

Lorsque les feuilles supérieures des plantes arborent de petits poils vert pâle qui leur donnent un aspect velu, on est en présence de l’algue verte Oedogonium. Elle prolifère assez rapidement et peut facilement envahir le bac si aucune intervention n’est faite. Son apparition est un signe de débalancement des paramètres. Il faut donc vérifier les différents paramètres (nitrates et phosphates en particulier), rétablir l’équilibre et faire des changements d’eau plus fréquents. Certains invertébrés et certains poissons l’apprécient.

 

 

Algue verte filamenteuse (Chlorophycophytes)

Reconnaissable à sa forme de longs filaments s’accrochant aux plantes, au décor et aux parois de l’aquarium, l’algue verte filamenteuse, qui est généralement verte, peut aussi apparaître sous d’autres couleurs (grise ou brune) selon les conditions dans lesquelles elle évolue. On la retrouve souvent dans un bac bien équilibré. Dans un tel cas, on n’a qu’à retirer les plus visibles simplement avec les doigts ou encore avec un bâtonnet autour duquel on peut les enrouler. Cependant, dans un bac où certains éléments nutritifs comme les nitrates, le fer ou les phosphates sont en excès, celle-ci prolifère rapidement de façon incontrôlable et peut finir par étouffer les plantes. Elle serait appréciée par certains poissons et crevettes.

algues_vertes_filamenteuse

Algue pinceau (Algue rouge)

Cette algue appréciant particulièrement les endroits à fort courant, ressemble à de petits poils courts qui poussent en touffes très serrées. C’est ce phénomène qui lui a valu son nom d’algue pinceau. Bien qu’elle soit de couleur noire ou grise, il s’agit bien d’une variété d’algue rouge.

A_pinceauxIl est pratiquement impossible de la retirer manuellement parce qu’elle s’ancre solidement sur ses hôtes et ses poils courts glissent entre les doigts. De plus, elle n’est pas réellement appréciée des poissons herbivores à l’exception peut-être des Siamensis.

Encore une fois, un débalancement des paramètres est la cause principale d’une invasion de cette algue; on doit donc s’assurer que les différents éléments fertilisants ne soient ni en carence ni en excès. Quant aux algues visibles, on peut les contrôler en retirant les éléments du décor atteints pour les tremper dans une solution d’eau de javel  de 20 % (1 part d’eau de javel pour 4 parts d’eau) en prenant soin de bien rincer avant de les remettre dans l’aquarium. On doit aussi éliminer les feuilles les plus atteintes des plantes.

A_noireAlgue noire (Algue rouge filiforme)

Petits poils noirs très serrés qui poussent sur le rebord des feuilles et plus particulièrement sur celles exposées au fort courant. Encore une fois, malgré son apparence noire, il s’agit d’une autre forme d’algue rouge. L’explosion de celle-ci serait reliée à une carence en CO2. Il faut retirer les feuilles les plus atteintes et nettoyer les éléments de décor les plus atteints pour tenter de la contrôler.

 

a_corne_cerfL’algue en forme de corne de cerf

L’algue en forme de corne de cerf, aussi appelée algue à barbe, est en fait une autre variété d’algue rouge. De couleur grise, noire ou même blanchâtre, elle s’installe sur les feuilles des plantes et a une structure qui rappelle les cornes de cerf, d’où son nom. Elle est plutôt gluante au toucher.

Apparemment, elle apprécie la lumière forte et les eaux alcalines.  Cependant, plusieurs aquariophiles ont dû combattre cette algue dans un bac où l’eau était pourtant relativement acide. Il ne s’agit donc pas de l’unique cause d’apparition de celle-ci. Encore une fois, un débalancement des paramètres serait en cause. On peut traiter les plantes atteintes par un bain dans une solution d’eau de

javel de 5 % en éliminant les feuilles les plus atteintes.

 

 

L’eau verte

L’eau verte est provoquée par une explosion de petites algues en suspension dans l’eau. L’exposition prolongée au soleil peut en être la cause ou encore, un excès des éléments nutritifs. La filtration sur une épaisse couche de laine de polyester ou l’utilisation d’une lampe UV pendant quelques jours peuvent aider à l’éliminer. Cependant, pour éviter son retour éventuel, il faudra stabiliser le milieu.

cyano

 

cyanoCyanobactérie

Algue vert bleuté de consistance visqueuse qui peut s’étendre très rapidement dans le bac autant que sur le décor, les plantes, le substrat et les vitres. Elle s’enlève très facilement comme une croûte et quand on la frotte entre les doigts, il s’en dégage une forte odeur (d’acétone selon certains).

Il s’agit en réalité d’une bactérie qui utilise la photosynthèse pour se nourrir, d’où sa couleur verte et l’association avec les algues. Elle est apparemment toujours présente mais invisible à l’oeil. On s’aperçoit de sa présence uniquement quand, en grand nombre, elles décident de s’agglutiner les unes aux autres pour former les masses visqueuses que l’on connaît. Lorsque les conditions sont propices à leur développement, elles peuvent envahir complètement un bac entre 24 et 48 heures.

Comme pour toutes les autres algues, un milieu bien équilibré où l’on effectue un entretien régulier facilitera la lutte. Cependant, elle peut très bien se développer dans un bac très bien équilibré. Apparemment elle n’apprécie pas une eau oxygénée et le courant.

Finalement, il ne faut pas compter sur ses poissons pour s’en débarrasser; aucun d’eux ne lui touche car elle est toxique.

La lutte contre les algues

Une invasion d’algues est très souvent reliée à un déséquilibre quelconque dans les paramètres de l’eau. La meilleure façon de contrôler celles-ci pour l’aquariophile sera donc de porter une attention toute particulière à la qualité de l’eau et à l’équilibre du bac. Il devra s’assurer qu’aucun élément ne soit ni en carence ni en excès. Les plantes dans un tel milieu évolueront de façon optimale, ne donnant aucune chance aux algues de prendre le dessus.

Précautions à la mise en eau d’un bac

Lors de l’installation d’un nouveau bac, certaines précautions pourront permettre de diminuer les problèmes d’algues. Planter plusieurs plantes faciles et à pousse rapide afin que dès le début elles prennent le dessus sur les algues, quitte à modifier la plantation une fois le bac bien stabilisé. Commencer avec des doses de fertilisant plus faibles (50 % du dosage normal) le temps que le milieu se stabilise et que les plantes s’adaptent. Par la suite on augmentera tranquillement le dosage jusqu’au dosage désiré.

Côté éclairage, on appliquera la même prudence. Si possible, on ne mettra pas toute la puissance au début. Par exemple, on pourrait commencer avec 1/2 à 2/3 de la puissance pour 6 heures sur 10 ne fournissant la pleine puissance que 4 heures par jour. Tranquillement, au fil des semaines, on pourra augmenter la durée de la pleine puissance jusqu’à la durée complète si désiré. Quant à la durée totale de 10 heures, elle pourra elle aussi être augmentée graduellement pour atteindre 11 ou 12 heures.

Finalement, le CO2 pourra être fourni au maximum dès le début car il ne fera qu’accélérer la pousse des plantes.

Introduction de nouveaux éléments dans le bac

Lors de l’introduction de nouveaux élément dans l’aquarium, il est important de prendre certaines précautions afin d’éviter d’introduire avec ceux-ci une souche agressive d’algues.

Lors de l’ajout de nouvelles plantes, prendre le temps de bien les examiner et de retirer les feuilles fanées et/ou atteintes par les algues. Par la suite, on peut asperger les feuilles et les feuilles uniquement avec une solution d’eau de javel de 5 % (1 part d’eau de javel pour 19 parts d’eau). On laisse le tout reposer environ une minute (la période sera plus courte pour les plantes plus frêles) et on rince la plante à l’eau claire avant de finalement l’introduire dans le bac.

Pour ce qui est des éléments de décor, on les nettoiera en profondeur et on  les désinfectera eux aussi avec une solution d’eau de javel. Quant aux poissons, une fois l’acclimatation effectuée, ne transférez que ceux-ci dans le bac. Ne transférez surtout pas l’eau du sac, elle contient peut-être des souches d’algues provenant de l’animalerie, alors pourquoi prendre le risque.

Routine d’entretien et de fertilisation

Une bonne routine d’entretien et de fertilisation aidera à éviter une explosion d’algues. Le mot-clé dans ce domaine est régularité. Comme on l’a mentionné précédemment, les algues sont des organismes opportunistes qui profiteront de la moindre occasion pour envahir le bac. Il faut donc établir une routine d’entretien et de fertilisation et la respecter à la lettre. De cette façon on s’assure de la stabilité du milieu. Si on doit apporter des changements à cette routine, on le fera de façon graduelle afin d’éviter une modification trop rapide des paramètres.

Les grands moyens

On verra ici certaines méthodes qui permettront à l’aquariophile aux prises avec une invasion excessive de reprendre le dessus. Il faut cependant comprendre que ces méthodes ne sont pas des solutions à long terme et que si rien n’est fait pour corriger les causes de l’invasion, les algues reviendront tôt ou tard.

Le peroxyde contre la Cyanobactérie

L’ajout de peroxyde 3 % à la sortie du filtre en raison de 1 goutte par 2 litres augmente le taux d’oxygène dans l’eau de 8 à 12 % pour une période allant jusqu’à deux heures. Comme la Cyanobactérie a la réputation de ne pas apprécier les milieux bien oxygénés, un traitement au peroxyde peu s’avérer efficace.

Il faut commencer par un nettoyage complet des plantes, des éléments, du décor, du fond et des parois pour retirer le maximum de Cyano. Par la suite on applique le dosage de 1 goutte par 2 litres. On répète cette dose aux deux heures durant la période d’éclairement et ce jusqu’à disparition complète de la Cyano.

Le Blackout

Une période prolongée de noirceur aide à combattre la plupart des algues y compris la Cyanobactérie. Il faut commencer par un nettoyage complet afin de retirer le maximum d’algues visibles. Par la suite, on fait un changement d’eau d’au moins 20 % et on met le bac à la noirceur totale en le recouvrant de quelque chose d’opaque (couverture, carton, etc.). Durant la période de blackout, d’une durée de 5 à 7 jours, on coupe tout apport de nourriture, de CO2 et d’engrais. On peut ajouter une pierre à air dans le bac afin d’assurer une oxygénation suffisante.

Après le blackout, refaire un nettoyage du bac pour retirer toutes les feuilles mortes, élaguer les plantes qui en ont besoin et siphonner le fond. Finir par un changement d’eau de 15 % à 20 % et recommencer l’apport d’engrais.

ExcelL’ajout d’Excel de Seachem

Le Flourish Excel est un produit développé par la compagnie Seachem pour fournir aux plantes une source de carbone organique directement assimilable. Il peut être une excellente alternative au CO2 pour des plantes pas trop exigeantes.

Il semble cependant que ce produit ait un effet secondaire plus qu’intéressant dans la lutte aux algues. En effet, en triplant la dose prescrite sur l’emballage, on peut venir à bout de certains types d’algues comme les algues vertes. En revanche son utilisation n’a aucun effet sur certaines autres variétés comme la Cyano par exemple

ExcelSur la première photo on peut constater une invasion d’algues vertes sur des Echinodorus Tenellus. La deuxième photo nous montre les mêmes algues 5 jours après  le début du traitement. Elles ont complètement tourné au rouge et une dizaine de jours plus tard, il n’en restait plus aucune trace.

Copyright 2004-08

macmade